Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
5 min

La matrice Mckinsey

La matrice Mckinsey, c’est quoi ?

Il s’agit d’une matrice de décision stratégique, développée par le cabinet de conseil McKinsey & Company, où chaque D.A.S (Domaine d’activité stratégique) est analysé à partir de deux dimensions : l’attrait du marché et la position concurrentielle.
L’objectif de cette matrice est de déterminer sur quel segment il est intéressant d’investir plutôt qu’un autre.

mckinsey_logo

Quel intérêt pour mon entreprise ?

Dans le cas d’une petite entreprise, la matrice servira à décider s’il est plus intéressant de se diversifier, d’innover sur le marché existant ou bien investir dans la promotion des activités stratégiques existantes.
Dans le cas d’un groupe, cet outil stratégique permet d’étudier les performances des unités stratégiques afin de déterminer lesquelles méritent d’être repositionnées dans leur marché, relancées ou bien abandonnées.

Comment vous y prendre ?

La matrice Mckinsey est un dérivé plus complet de la matrice BCG. En effet, celle-ci permet une analyse de chaque domaine d’activité stratégique à partir de deux dimensions : l’attrait du marché et le positionnement concurrentiel.

 1. L’attrait du marché : dépend de sa taille, de sa croissance, de sa rentabilité, des barrières à l’entrée, de l’intensité de la concurrence et du développement des technologies.
2. Le positionnement concurrentiel : dépend de la part de marché de l’entreprise, de l’évolution de cette part de marché, la qualité des produits vendus, la fidélité des clients et de la structure des coûts.

La méthode propose le positionnement du D.A.S sur une grille de neuf cases. Chacune de ces dimensions est appréciée sur une échelle à trois dimensions d’où le tableau suivant :

matrice mckinsey

Renforcement-Développement (orange foncé) : quand le D.A.S est en position intéressante sur les marchés porteurs – Investir pour défendre ou renforcer sa position.

Maintien et rentabilisation (orange clair) :
– Quand le marché n’est que peu ou pas porteur : développer la rentabilité en se focalisant sur les D.A.S concernés
– Ou quand la position concurrentielle de l’entreprise est faible sur un marché attractif : soit s’engager par des investissements importants soit abandonner.

Retrait partiel ou abandon (orange plus clair) : lorsque le marché ne devient que faiblement attractif, abandon partiel et progressif des activités. L’abandon peut être total et immédiat si l’entreprise ne dispose que d’une position concurrentielle faible sur ce type de marché.
L’application de cette méthode peut-être décomposée en huit étapes :

1 – Définition des facteurs externes et internes critiques :
-Les facteurs externes : caractéristiques de base de l’industrie, structure de la concurrence, aspects économiques, sociopolitiques règlementaires, démographiques.
-Les facteurs internes : ils correspondent aux activités fonctionnelles pouvant être mobilisées pour se battre vis-à-vis des concurrents.

2 – Évaluation des facteurs externes :
Il s’agit d’apprécier la mesure dans laquelle chaque facteur repéré contribue à rendre le secteur plus ou moins attractif.

3 – Évaluation des facteurs internes :

Par rapport aux facteurs internes définis comme nécessaires au préalable pour pallier la concurrence, il vous faut maintenant les utiliser pertinemment en fonction de vos objectifs.

4 – Positionnement du D.A.S sur la matrice :
Connaissant les caractéristiques du D.A.S, on le positionnera au moyen de cercles dont la surface représente la taille de l’industrie considérée et dont la zone hachurée représente la part de marché de l’entreprise.

5 – Prévision des tendances pour chaque facteur externe
Il s’agit de caractériser l’environnement auquel l’entreprise aura à faire face dans un avenir prévisible.

6 – Fixation de la position désirée de chaque facteur interne
Il s’agit de déterminer les mouvements à accomplir pour chaque facteur contrôlable, de façon à atteindre une position compétitive désirée.

7- Établissement de la position désirée de chaque DAS sur la matrice
Après les étapes précédentes, il est simple d’établir le graphique représentant la nouvelle représentation du portefeuille.

8 – Formulation de stratégies pour chaque activité
Au positionnement d’un DAS sur la matrice peuvent être associées des priorités d’investissements et des orientations stratégiques.

Avant de vous lancer…

Il faut savoir que même si la matrice Mc Kinsey présente l’avantage de la richesse d’analyse en termes de positionnement stratégique et de perspectives d’actions, elle a aussi des limites. Cet outil s’avère très long et complexe pour les TPE et PME. Aussi, la collecte des informations, leur nombre et l’identification des facteurs significatifs représentent une charge de travail très lourde et nécessitant une forte mobilisation de ressources (humaines notamment). Et enfin plusieurs failles ont été notifiées : comme le fait que les interactions entre les Unités d’Affaires Stratégiques ne sont pas considérées dans l’élaboration de cette matrice.

Pour voir ou revoir la vidéo d’Emilie sur la matrice McKinsey, cliquez sur lecture ci-dessus.

6 commentaires sur “La matrice Mckinsey

  1. je suis étudiant à ESGIS Gabon en cycle délocalise ESGI France , j’étudie en Ingénieurie Réseaux Télécom option Management et conseil des Systems d’information… je suis très fan de l’intelligence économique dispensée par M.LIBOCK et la Stratégie d’entreprise dispensée par lui également …
    M. libock nous a donné un travail de recherche :
    les matrice ADL, BCG et Mckinsey …
    c’est un enseignant très aimable très soucieux de ses étudiants très disponible voulant faire de nous des managers et non de simple robots prêt à bondir sur l’aspect technocratique de notre formation …il veut faire de nous des managers qualifiés qui ont non pas une vue interne de l’entreprise et être frappé de myopie managériale mais des manager capable d’anticiper et de travailler selon les modifications de la macro environnement, des manager qui possèdent une maîtrise des différentes matrices… Des managers de très haut niveau.

    1. Bonjour Hayem,

      Pour répondre à ta question, elles appartiennent toutes deux à la catégorie des matrices portefeuilles.
      Ces 2 modèles de matrices permettent d’attribuer les ressources d’une entreprise dans les domaines d’activités stratégiques existants mais selon une approche différente.
      La matrice McKinsey classe chaque activité de l’entreprise en fonction de son attrait sur le marché et de son avantage concurrentiel (extrinsèque).
      La matrice BCG analyse les parts de marché de l’entreprise au sein de l’activité et le taux de croissance général du marché pour classer les activités (intrinsèque).
      Voilà j’espère avoir répondu ou tout du moins en partie, à ta question.
      Si tu as besoin de plus d’informations je t’invite à feuilleter la bible du marketeur : le célèbre Kotler.
      Merci et à bientôt sur notre blog 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *