Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
5 min

Créer un call to action parfait pour convertir vos visiteurs !

Un call to action est un bouton qui, placé à un endroit stratégique d’une page web, incite à l’action. Son but premier est de propulser l’utilisateur dans un tunnel de conversion afin de réaliser une action précise in fine. En définissant avec précision le design, l’ergonomie et le contenu incitatif  de votre call to action, vous détiendrez la clé pour convertir efficacement !

Dans une stratégie d’inbound marketing, l’objectif d’un call to acion amène la plupart du temps à télécharger, acheter, partager ou s’abonner. À travers cet article nous allons donc créer pas à pas un call to action attirant pour convertir vos visiteurs en fonction de votre objectif final.

Qu’est-ce qu’un call to action ?

Pour qu’un bouton soit reconnu comme il se doit par l’utilisateur, il doit respecter les règles suivantes :

  • Une instruction encapsulée dans une forme (Affordance).
  • Cette forme doit être cliquable dans sa globalité (loi de Fitts).
  • Le bouton doit réagir quand l’utilisateur essaye d’interagir avec (Feedback).

Trouver la bonne apparence de votre call to action

En design d’interface, la hiérarchie visuelle permet de donner des repères à l’utilisateur pour qu’il puisse comprendre plus facilement ce qu’il a sous les yeux.

Comme call to action est supposé avoir une importance critique, il est capital qu’il soit bien visible sans pour autant gâcher l’expérience de navigation de nos chères prospects.

Pour cela dans la conception de bouton, il existe 3 niveaux hiérarchiques

  1. Plein:

    Il offre le maximum de visibilité, même quand l’arrière-plan est une photo. C’est donc celui-ci qui doit être priorisé pour un appel à l’action.

  2. Contour unique


    Souvent utilisé seul pour donner une touche minimaliste, il reste cependant plus efficace qu’avec un fond imagé. Ce dernier est presque invisible et enregistre des taux de conversion beaucoup plus bas.

  3. Intitulé seul

    Comme il ne ressemble pas à un call to action en tant quel tel, il ne faut évidemment pas l’utilisé pour un appel à l’action. Ce type de bouton est davantage pertinent pour les actions secondaires comme annuler son action ou revenir en arrière dans un tunnel d’achat.

 

Le choix épineux des couleurs

Photo montrant plusieurs calques de couleurs

Vous vous demandez certainement si une couleur convertie plus qu’une autre ? S’il existe pléthore d’études sur ce sujet, je pense qu’elles doivent être accueillies avec précaution.

Si la couleur peut effectivement affectée notre humeur, il est utopique de dire qu’un bouton bleu va convertir plus qu’un bouton rouge car trop de facteurs sont liés à la perception de spécifique de l’utilisateur.

Dans la plupart des cas, vous devez composer avec une identité visuelle déjà établie. Et si ce n’est pas le cas, votre choix de couleurs dépendra des codes graphiques de votre secteur.

Dans une étude dédiée au sujet, Hubspot a pu augmenter ses conversions de 21 % avec un bouton rouge mais la fin de l’article tempère ce chiffre. Si vous êtes dans une thématique de produits bio, ce serait étrange d’avoir du rouge partout.

Mais si votre contenu est engageant, qu’il répond à un besoin de l’utilisateur et que votre interface est claire, cela devrait probablement être idéal pour le passage à l’action de vos visiteurs.

La conversion ? C’est une histoire de contraste !

Photo en noir et blanc où il y a un bouton en couleur. Il y a également une étiquette où il est écrit "push to reset the world"

Si j’émets des doutes quant au choix d’une teinte par rapport à une autre pour espérer plus de conversion, je porte une attention particulière au contraste qu’il y a entre le texte du call to action et sa couleur de fond.

Parce que plus de contraste induit par conséquence plus de visibilité et donc au final plus de chance d’attirer l’attention de l’utilisateur.

Nous ne sommes pas tous égaux quant à nos aptitudes visuelles. De plus dans le web, il existe des critères à respecter pour que votre site soit un minimum accessible, les WCAG.

Pour avoir un critère de succès AA (il existe 3 niveaux), le rapport entre l’arrière-plan de votre interface doit avoir un rapport de 4/5 pour une taille de police standard.

Comparatif entre un bouton qui manque de constraste et un autre qui est conforme aux regles d'accessibilité

Trouvez les bonnes combinaisons de couleurs

Si votre interface est claire et lisible, votre taux de conversion ne s’en portera que mieux. Mais comment vérifier le contraste ?

J’ai pour vous un outil facile et pratique qui se charge non seulement de contrôler le contraste mais aussi, en cas d’erreur, vous propose des combinaisons accessibles, c’est Tanaguru Contrast Finder.

Call to action et Feedback

Le terme « feedback » est utilisé en ergonomie pour designer la réaction de l’interface quand l’utilisateur cherche à produire une action (survol, clic, swipe, ect.). On parle aussi de micro-interaction.

Une page qui convertie est une page qui ne laisse pas de place à la confusion. C’est pourquoi il est important de donner une réponse claire quand une personne passe sa souris sur le bouton. C’est là où l’on peut laisser libre court à notre créativité en terme d’animations possibles. Voici quelques exemples à copier – coller pour vous amuser 🙂

Les 3 états de feedback à produire

  1. Survol : quand l’utilisateur passe la souris dessus.
  2. Focus : pour les personnes dans l’incapacité d’utilisé une souris, elles naviguent par défaut avec la touche tabulation de leur clavier.
  3. Cliqué ou pressé : sur mobile quand l’utilisateur produit un clique ou un tap. Celui-là n’est pas indispensable puisque l’action logique qui découle d’un clic est d’aller sur une autre page ou d’afficher une fenêtre modale.

Le copywriting ou le poids des mots

À ce stade de la conception, notre bouton possède maintenant toutes les règles graphiques et ergonomiques pour être performant mais il manque cependant le contenu, c’est-à-dire le choix des mots pour inciter au clique.

  • Soyez clair sur l’action proposée

  • Centrez l’action sur l’utilisateur

    Indiquez l’action en utilisant « Je » donne de meilleures performances parce que c’est l’utilisateur qui produit l’action

  • Mettez de l’urgence

    Si un produit ou service ne répond pas à un besoin urgent et qu’il sera toujours au même prix plus tard, il n’y a aucune raison rationnelle de se précipiter. Ajouter de l’urgence à travers une échéance explicite peut contrer les envies de procrastiner.

  • Les « clicks triggers » au service de la réassurance

    Les clics triggers ou déclencheurs de cliques sont la petite main sur l’épaule qui va permettre de rassurer l’utilisateur et d’être plus clair sur l’étape suivante. L’humain a une aversion pour la perte. Avec une liste des avantages à s’inscrire, un bouton qui appel à l’action et une petite phrase qui casse ses freins, notre petit rectangle risque de se faire « chatouiller » très souvent !

Le mot de la fin

Vous avez maintenant les connaissances spécifiques pour créer des boutons qui vous aideront à mieux convertir. Si vous avez aimé le contenu que vous venez de lire et que vous en voulez encore jusqu’à plus soif, abonnez-vous à notre newsletter. Vous recevrez chaque mois un mail qui contient de la pure came de connaissance digitale (numérique ça marche aussi) !

Dans le cas où vous avez lu cet article pour améliorer vos action marketing afin de mieux convertir votre trafic web, vous pourriez alors être intéressé par notre prestation spéciale référencement et contenus web. Car oui avant d’avoir du trafic web il faut avoir un positionnement optimal sur les pages des moteurs de recherche….Alors jetez-y un œil et n’hésitez pas à nous contacter pour discuter de vos besoins en marketing digital !

#CallToAction #WebDesign

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *